Accueil Monde Ambassadeur qatari sur les déclarations de Trump: «Regrettable de voir ces tweets»

Ambassadeur qatari sur les déclarations de Trump: «Regrettable de voir ces tweets»

0 107

Les récents tweets du Président américain concernant «le début de la fin de l’horreur du terrorisme» ont beaucoup étonné l’ambassadeur qatari aux États-Unis. Selon Bin Hamad Al-Thani, Doha est «en étroite coordination» avec Washington.

L’ambassadeur du Qatar aux États-Unis Meshal Bin Hamad Al-Thani a exprimé sa surprise suite aux récentes déclarations du président américain Donald Trump, qui accusaient à demi-mot Doha de soutenir le terrorisme, indique le journal Daily Beast.

« Nous avons été surpris. Personne ne nous a parlé directement et ne nous a dit: « Regardez, nous avons un problème avec cela, cela et cela ». Nous (le Qatar, ndlr.) avons participé (au sommet, ndlr.) à Riyad. Nous avons eu une bonne rencontre avec le président (Donald Trump, ndlr.) et avec le roi saoudien Abdelaziz — aucun problème n’a été soulevé », a déclaré l’ambassadeur.

« Il est regrettable de voir ces tweets. Nous sommes en étroite coordination avec les États-Unis. Ils savent quels efforts que nous déployons dans la lutte contre le financement du terrorisme et le terrorisme en général », a ajouté l’ambassadeur.

Auparavant, le chef de la Maison-Blanche a réagi à la série de ruptures diplomatiques avec le Qatar, lâché depuis lundi par dix pays. Revenant sur sa récente visite en Arabie saoudite, Donald Trump a affirmé avoir appelé les pays de la région à éradiquer le terrorisme.

« Ils ont dit qu’ils adopteraient une ligne dure sur le financement de l’extrémisme et toutes les références désignaient le Qatar. Peut-être cela sera-t-il le début de la fin de l’horreur du terrorisme! », a-t-il commenté sur Twitter.

L’Arabie saoudite, Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis, la Libye, le Yémen, Maurice, les Maldives et la Mauritanie, ces neuf pays ont annoncé la rupture de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, accusant Doha de déstabiliser la région et de soutenir le « terrorisme ».

Cette crise diplomatique est la plus grave depuis la création en 1981 du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui regroupe l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar.

Sans commentaires

Laisser un commentaire