Accueil Société Assainissement urbain : Bamako, objet des attentions du SECO-ONG

Assainissement urbain : Bamako, objet des attentions du SECO-ONG

0 1010

La capitale connaît une croissance urbaine estimée à près de 6% par an. Ce qui en fait la sixième agglomération du monde par sa vitesse de croissance

Dans le cadre du projet « Appui à l’amélioration de l’environnement à travers les actions communautaires », le secrétariat de la Concertation des organisations non gouvernementales maliennes (SECO-ONG) organise depuis hier un atelier sur l’assainissement urbain. La cérémonie d’ouverture était présidée par le conseiller aux affaires économiques et financières du gouvernorat du district de Bamako, Barou Guindo. Elle s’est déroulée au Centre du secteur privé à l’ACI 2000 en présence de la chargée de communication et d’information de SECO-ONG, Mme Maïga Nana Touré, et de la représentante du Programme des Nations-unies pour le développement (PNUD), Mme Keïta Aïda M’Bo.

L’atelier qui s’achève aujourd’hui vise à harmoniser les interventions et faciliter la synergie d’actions entre les différents acteurs intervenant dans le domaine de l’assainissement urbain. Le constat est que notre capitale connaît une croissance urbaine sans précédent depuis quinze ans. Celle-ci est estimée à près de 6% par an, ce qui en fait la sixième agglomération du monde par sa vitesse de croissance. Conséquence : une urbanisation qui va au-delà des six communes pour englober les communes périphériques dans une trame urbaine peu ou mal structurée. A l’horizon 2025, plus de trois millions d’habitants résideront dans l’aire urbaine de Bamako.

Cette croissance s’effectue sans que les services et infrastructures ne se développent à un rythme équivalent. Les quartiers périphériques de la ville sont particulièrement sous-équipés et peu denses. L’effort de rattrapage à réaliser est énorme, notamment pour l’assainissement qui ne peut se concevoir sous le seul angle du développement d’un service essentiel, important en matière de salubrité, développement économique et environnemental.

La présente consultation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan de campagne de plaidoyer sur les déchets solides dans le District de Bamako élaboré par le SECO-ONG dans le cadre du partenariat de la Société civile avec la GIZ. La pertinence du thème repose sur certains constats : insalubrité croissante visible dans les grands centres urbains et tout particulièrement à Bamako, Ségou et Koulikoro ; l’absence des acteurs institutionnels du secteur (services techniques de l’Etat, mairies, GIE) ; l’incivisme grandissant des populations et les effets de la crise politique, institutionnelle et sécuritaire qui exacerbent toutes les contraintes existantes.

Autant de constats qui ont retenu l’attention de plusieurs partenaires techniques et financiers – le PNUD, la GIZ et d’autres – les ont incités à prendre l’initiative d’intervenir en faveur de l’assainissement dans le district de Bamako.

Le conseiller aux affaires économiques et financières du gouvernorat du district de Bamako a souligné que le PNUD à travers le PAEAC, mis en œuvre par le SECO-ONG, a soutenu huit projets d’assainissement qui couvrent toutes les communes du district de Bamako. Barou Guindo a aussi précisé que le gouvernement partage pleinement ces initiatives et a inscrit l’amélioration du cadre de vie parmi ses priorités. Cet atelier est, de son point de vue, une occasion de contribuer à harmoniser les interventions et faciliter la synergie d’actions entre les différents acteurs intervenants dans le domaine de l’assainissement urbain.

Ces journées permettent en effet de partager les plans et stratégies des autorités administratives et communales de notre pays dans le domaine de l’assainissement urbain, a-t-il noté.

Mme Maïga Nana Touré a tenu à saluer le partenariat avec le PNUD à travers le projet PAEAC « Amélioration de l’environnement à travers les actions communautaires ». Ce projet, a indiqué la chargée de communication et d’information de SECO-ONG, est un partenariat tripartite qui réunit MEA/PNUD/SECO depuis juin 2011. Le problème de l’assainissement dans nos centres urbains est un sujet de plus en plus préoccupant au vu de l’insalubrité croissante visible dont les causes sont nombreuses, a constaté Mme Maïga Nana Touré.

L’atelier a donc été appelé à adopter des recommandations pertinentes afin d’améliorer la mise en œuvre de la politique nationale de l’assainissement.

Ramatou SENOU

Source: Essor

ARTICLES SIMILAIRES

Sans commentaires

Laisser un commentaire