Accueil Monde Damas appelle la coalition US à cesser de bombarder les militaires syriens

Damas appelle la coalition US à cesser de bombarder les militaires syriens

0 106

Le ministère syrien des Affaires étrangères a appelé la coalition internationale dirigée par les États-Unis à arrêter de porter des frappes aériennes contre les positions des forces gouvernementales. Ainsi, selon Damas, en frappant les troupes pro-Assad, la coalition renforce le terrorisme.

En frappant les troupes syriennes pro-gouvernementales, la coalition internationale dirigée par les États-Unis participe de fait aux activités terroristes et viole le droit international, la Charte des Nations unies et la résolution du Conseil de sécurité de l’Onu qui réaffirme la souveraineté de la Syrie sur son territoire, selon le message officiel du ministère syrien des Affaires étrangères.

« La Syrie met en garde la coalition internationale illégitime dirigée par les États-Unis contre le danger et les conséquences d’une escalade et demande aux autorités américaines et aux pays de la coalition d’arrêter ces horribles attaques qui ne mènent à rien en pratique sauf au renforcement de Daech », indique la déclaration du ministère syrien, citée par l’agence SANA.

Les forces progouvernementales syriennes ont été la cible d’une frappe de la coalition dirigée par Washington. Il s’agit de la deuxième frappe effectuée dans les environs d’Al-Tanf depuis le 18 mai. La frappe a visé plus de 60 soldats, un char, deux pièces d’artillerie, une arme antiaérienne et des véhicules de soutien. Le bombardement aurait fait deux morts et 15 blessés parmi les militaires syriens.

Les militaires de la coalition se trouvent à Al-Tanf depuis plusieurs mois. Selon les autorités américaines, ils forment les Syriens à la lutte contre le groupe terroriste Daech.

La coalition affirme qu’elle n’a pas l’intention de proclamer la guerre à Damas, mais se dit prête à se défendre contre les forces progouvernementales et l’armée du pays.

Les pays-garants du cessez-le-feu en Syrie, à savoir l’Iran, la Russie et la Turquie ont convenu de créer des zones de sécurité situées sur l’ensemble du territoire de la province d’Idlib, dans certaines parties des provinces de Lattaquié, de Hama, d’Alep, dans plusieurs régions au nord de Homs, dans la Ghouta-orientale ainsi que dans le sud de la Syrie (provinces de Deraa et de Quneitra).

Sans commentaires

Laisser un commentaire