Accueil Politique Édito : G5 : Arrêtons avec la Politique de l’Autriche !

Édito : G5 : Arrêtons avec la Politique de l’Autriche !

0 111

Le sommet du G 5 Sahel nous donne l’occasion d’ouvrir encore nos yeux, concernant le devenir du Mali avec à sa tête le Président Ibrahim Boubacar Keïta. Ce G 5 lancé à Nouakchott en 2014, sur une initiative française certainement a pour but d’affronter conjointement et de façon coordonnée les nombreux défis transfrontaliers dans les domaines de la sécurité et du développement des pays du sahel.

Bien que depuis quatre ans, le G 5 existe, l’extrémisme religieux et le terrorisme ne font que monter dans cette bande sahélienne. Ils sont une menace complexe et sophistiquée qui ne cesse d’évoluer dans sa forme, son envergure et ses méthodes, selon le Président IBK. Cela est une réalité. Mais le Président IBK se trompe d’interlocuteur. Au lieu de s’adresser à la France pour lui notifier cette insécurité, il le dit à haute voix aux Présidents du Niger, du Tchad, de la Mauritanie et du Burkina Faso. Le Président IBK est logé à la même enseigne que ceux-ci en terme d’insécurité et d’incapacité à faire face à la situation.

La France avec l’accord de tous ces pays a installé des bases ou des forces d’interventions rapides dans chacun de ces pays. Ces forces sont au nombre de 3 000 hommes. Ceux-ci n’arrivent pas jusque-là à réinstaurer la sécurité dans la bande sahélienne. Même avec la mutualisation des forces des pays du G 5, la sécurité sera-t-elle établie ?

Nous ne le croyons pas, parce que nos chefs d’Etat refusent de voire la réalité en face. Seul le Président Idriss Deby Itno, a compris le jeu mené par les Groupes armes lorsqu’il dit «  Il faudra que la situation soit claire. Que nous sachions qui est mouvement armé, qui est terroriste, qui est narcotrafiquant ».

Le jour où cela sera su, nous aurons marqué un pas géant dans la sécurisation de la bande sahélienne. Egalement le Président Idriss Deby Itno, a posé au Président IBK la question de savoir si l’Accord d’Alger pour la paix et la Réconciliation était en panne ou était devenu caduc ?

La question mérite d’être posée car aucun acte de l’accord n’est mis en œuvre  depuis sa signature jusque-là. Notre avis sur la question est que l’accord n’est pas en panne ou caduc, il est tout simplement mort-né, faute de consultation nationale au préalable. Le nord restera donc interdit à l’Etat malien jusqu’au jour ou l’Etat se rendra compte que les Touaregs ne pourront plus être gérés comme cela a toujours été fait depuis l’indépendance du Mali. La partition est en cours de préparation depuis la veille de la crise de 2012, la France aidant en cela.

Le Président IBK se trompe lorsqu’il dit que la résolution 2295 du Conseil de Sécurité tarde à se matérialiser sur le terrain. Les Nations-Unie n’ont jamais pu mettre fin à un conflit depuis belle lurette. Compter sur elles, ce n’est qu’une perte de temps. C’est là où réside le mal malien, la mauvaise analyse de la situation sécuritaire au nord. Un pays qui n’arrive pas à prendre sa sécurité et sa défense en main est un pays qui a fini d’exister !

En plus de la proclamation d’indépendance ratée en avril 2012, toutes les maisons en banco sont en train d’être payées par les narcotrafiquants dans les villes de Gao, Tombouctou. Cela dans le but de commencer une réorganisation territoriale dans les villes où ils sont moins nombreux. Le jour où viendra l’indépendance de l’Azawad, ils auront déjà pignon sur rue.

Que Dieu sauve le Mali !

La Rédaction

 

Par Le Carréfour

Sans commentaires

Laisser un commentaire