Accueil Politique Moussa Mara : « Nous devons contredire et même démentir certaines allégations...

Moussa Mara : « Nous devons contredire et même démentir certaines allégations lancées contre le Président IBK »

0 675

L’Alliance Pour le Mali (APM) créée il y a un an, a procédé à sa rentrée politique au titre de l’année 2015, le samedi dernier au CICB. Une mouvance présidentielle plus dynamique, soudée, solidaire et unie en bloc pour soutenir et défendre les actions du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta, telle était en substance la principale mission, que l’ensemble des dix partis politiques membres de l’APM se sont engagés, à travers la signature d’un document de convention.

« La majorité présidentielle est diverse et très large.  Cette diversité est une chance, mais notre présence sur la scène médiatique, et auprès des populations a du mal à refléter cette majorité très large », l’auteur de cette déclaration,  au ton d’autocritique n’est autre que le président du parti YELEMA (changement), Moussa Mara, non moins chef du gouvernement. C’était lors de la rentrée politique de l’APM, le samedi 3 janvier dernier au CICB.

A l’en croire, les partis politiques de la majorité présidentielle doivent redoubler d’efforts pour soutenir davantage les actions du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. « La majorité ne doit pas raser les murs. Le président a besoin de temps en temps de notre soutien. Nous devons défendre ses idéaux, contredire et même démentir certaines allégations lancées contre lui » ajoute-t-il. Le président du parti YELEMA poursuit en ajoutant que la collaboration entre les partis politiques de la majorité présidentielle doit aller au-delà de la recherche des postes de responsabilité.

Nul besoin de le rappeler, les partis politiques de la majorité présidentielle regroupés au sein de la CMP (Convention de la Majorité Présidentielle) ont été moins présents face aux critiques de l’opposition contre le président IBK dans la gestion de plusieurs dossiers. Et selon des indiscrétions, le président IBK a lui-même fait des reproches par rapport à cette inertie lors d’une rencontre avec les cadres des partis politiques de la majorité présidentielle. D’où l’occasion pour les partis membres de l’APM de prôner une majorité plus solidaire, plus dynamique et unie derrière le président de la République IBK.

L’APM, la deuxième force parlementaire

Quant au président du groupe parlementaire APM, l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia, il dira pour sa part que l’atteinte des objectifs pour le bonheur des Maliens passe par la cohésion de tous les partis politiques qui ont soutenu, le président Ibrahim Boubacar Keïta, lors des élections présidentielles qui lui ont porté à la tête de la magistrature suprême. « Nous demandons aussi à la Convention de la Majorité Présidentielle (CPM) dont l’Alliance Pour le Mali (APM) est l’un des acteurs clés, à tous les fils et filles du pays d’accompagner le président de la République et le gouvernement pour la résolution définitive de cette crise et à la réalisation des grands projets du président de la République » a-t-il, lancé. Selon l’élu CDS de Bougouni, Zoumana N’Tji Doumbia, le programme d’actions gouvernementales se résume en six grands axes. A savoir, la mise en place d’institutions fortes et crédibles, la restauration de la sécurité des personnes et des biens, la mise en œuvre d’une politique active de réconciliation nationale, la reconstruction de l’école, la construction d’une économie émergente, et la mise en œuvre d’une politique active de développement.

Par rapport à certains événements qui ont concerné l’APM, l’élu de Bougouni, n’a pas voulu passer sous silence le départ sans grande incidence des députés de l’ASMA. Mais selon lui, c’est la manière qui laisse à désirer.

« Après les événements de Kidal pour demander l’ouverture d’une enquête parlementaire, les députés de l’ASMA ont saisi directement la présidence de l’Assemblée nationale sans concerter les députés du groupe parlementaire APM dont-ils étaient membres », dira l’honorable Zoumana N’Tji Doumbia

 Par ailleurs, ce départ des cinq députés de  l’ASMA du groupe parlementaire APM qui ont  rejoint le groupe parlementaire ADEMA/Pasj, a été selon lui, un non événement, sinon une bonne chose pour donner de la visibilité à leur regroupement parlementaire, qui reste selon lui la 2ème force politique de l’hémicycle avec 23 députés. L’APM forte de dix partis politiques est désormais plus que jamais soudé, compact et cohérent dans la dynamique de soutenir le président IBK, a laissé croire l’honorable Doumbia.

 Un secrétariat exécutif sur le qui vive pour maintenir la cohésion derrière IBK !

 Lors de la conférence de presse animée, après la cérémonie de rentrée politique par les dix présidents de partis de l’APM, en leur tête leur président actif de la conférence des présidents, Oumar Ibrahim Touré, de l’APR, la lanterne des journalistes a été considérablement éclairée sur l’option politique de ce regroupement de la majorité présidentielle, ses ambitions et sa conviction intacte de soutenir les actions du Président IBK.

D’entrée de jeu Oumar Ibrahim Touré a rappelé  que l’APM est née le 17 janvier 2014 dans un climat politique apaisé caractérisé par l’élection du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et l’installation d’un nouveau parlement.

« L’APM est composée aujourd’hui de dix (10) partis politiques respectueux les uns des autres et solidaires qui se complètent et qui avancent dans la même direction avec une vision républicaine et démocratique pour le Mali et rien que le Mali » dit-il. Avant d’ajouter que dès sa création l’APM s’est donnée comme vocation première la mobilisation de toutes ses forces politiques pour la mise en œuvre efficace et efficiente des projets de société du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. Et dans cette optique, confie le président de la conférence des présidents de l’APM, Oumar Ibrahim Touré, l’Alliance Pour le Mali poursuit les mêmes objectifs que la Convention de la Majorité Présidentielle (CMP), dont elle est membre. Avant de terminer son intervention, il a félicité l’ensemble des députés de l’APM, les ministres pour dit-il, l’excellent travail qu’ils sont en train de mener pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens. Cette conférence de presse, a été aussi l’occasion pour lui de préciser qu’en soutenant le président IBK, ils n’ont aucune prétention d’être nommé à un quelconque poste de responsabilité ou de promotion personnelle.

Auparavant c’est Boulkassoum Haïdara, le président de Convention de la Majorité Présidentielle,  qui a apprécié à sa juste valeur le soutien des partis politiques de l’APM. Selon lui, aucun parti ne peut à lui seul gérer un pouvoir.

Le secrétaire général exécutif de l’APM, Sidiki Almamy Coulibaly, a rappelé, pour sa part dans son discours introductif que l’APM est composé entre autres de l’APR, de l’ADP-Maliba, du MPR, de l’UM RDA, du MPR, du CNID FYT, du MIRIA, de l’UDD, de la CODEM, du CDS et du YELEMA. Tous dit-il, des partis politiques qui ont soutenu le président IBK lors des élections présidentielles de 2013. A la différence de nombreux regroupements politique de circonstance, l’APM est dotée de base légale et politique solide. Avec une présidence tournante par ordre alphabétique du sigle de chacun des partis membres, et un secrétariat exécutif, profondément animé du soutien aux actions du régime actuel et imprégné des réalités politiques du terrain.

Pour preuve, cette rentrée politique a été sanctionnée par la signature des textes de fonctionnement de l’APM par les présidents et représentants de  différents partis membres de l’Alliance.

 

Lassina NIANGALY

Source: Tjikan

ARTICLES SIMILAIRES

Sans commentaires

Laisser un commentaire