Accueil Economie & Finance Office Riz Mopti : des résultats encourageants

Office Riz Mopti : des résultats encourageants

0 86

Malgré les contraintes, la production a connu une légère augmentation passant de 107.898 tonnes en 2015-2016 à 122.710 tonnes en 2016-2017, soit 13,73%

Le ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, a présidé lundi dernier dans la salle de conférence de la direction régionale de l’agriculture de Mopti la 27è session du conseil d’administration de l’Office riz Mopti (ORM). C’était en présence du directeur général de la structure, Lassine Dembélé entouré de ses proches collaborateurs, des administrateurs, des représentants du personnel et des producteurs. A l’entame des travaux, le chef du département a tenu à recadrer les dispositions réglementaires qui précisent les personnes habilitées à siéger au conseil d’administration. Il s’agit, selon ses explications, de toutes les personnes désignées nominativement par décret pris en conseil des ministres et dont la liste est lue et les présences dûment vérifiées.
Au-delà de ces personnes, aucun agent ou cadre de la structure ou personne étrangère n’est autorisé à prendre part à la tenue du conseil d’administration. C’est ainsi qu’il a fait comprendre aux administrateurs que les représentants des producteurs ne sont pas habilités à siéger au conseil d’administration, car cette réunion doit délibérer sur la situation financière et l’exécution des activités recommandées. Les producteurs sont autorisés à siéger seulement à la rencontre devant discuter de l’exécution du contrat plan Etat-Producteurs et ORM. A cette rencontre, leurs avis sont requis dans l’exécution des activités et pour relever les difficultés rencontrées.
Aussi, le conseil d’administration est une instance de délibération, où le directeur général de la structure expose les difficultés auxquelles sa structure est confrontée et les administrateurs lui donnent des directives et des orientations avec un budget approuvé, a encore précisé le ministre Kassoum Denon.
Après ce recadrage des choses, le chef du département a souligné que la campagne agricole 2016-2017 s’est déroulée dans un contexte socio-économique caractérisé par la poursuite de la subvention des intrants agricoles, l’accompagnement des partenaires techniques et financiers, la poursuite de l’appui en semences sélectionnées des producteurs par le Projet pour la productivité agricole en Afrique de l’ouest (PPAAO) et l’ORM, la persistance de la crise sécuritaire et la mise en service de nouveaux tracteurs.
Par ailleurs, les périmètres de l’ORM ont été confrontés à une installation tardive de la pluie, la montée rapide de la crue au niveau des fleuves Niger et Bani ce qui a occasionné des pertes importantes de superficies en riz en submersion libre et une situation phytosanitaire relativement calme.
Malgré ces contraintes, le ministre Kassoum Denon s’est réjoui de savoir que la production céréalière des zones d’encadrement a connu une légère augmentation passant de 107.898 tonnes en 2015-2016 à 122.710 tonnes en 2016-2017, soit 13,73%.
La production de riz paddy évaluée à 86.816 tonnes, représente 70,74% de la production céréalière totale de la zone. Au regard de la population totale encadrée évaluée à 669.799 habitants, cette production rizicole couvre les besoins de consommation locale estimés à 14.337 tonnes. Ce qui fait que la zone dégage un excédent céréalier de 63.875 tonnes. Le ministre Denon a salué ces résultats encourageants obtenus et a particulièrement salué le dévouement et l’abnégation des producteurs qui malgré les conditions sécuritaires défavorables ont tenu à atteindre les objectifs de production.
L’objectif visé au cours de la campagne 2017-2018 est de 163.297 tonnes, dont 123.644 tonnes de riz paddy, 38.589 tonnes de mil/sorgho, 937 tonnes de maïs et 127 tonnes de fonio. Pour atteindre cet objectif de production, des activités sont envisagées comme le renforcement du dispositif d’encadrement à la base, la diffusion des thèmes techniques d’intensification, l’application des bonnes pratiques agricoles à travers le Système de riziculture intensive (SRI) et le placement profond de l’urée. Le développement de la double culture au niveau de certains périmètres aménagés à maîtrise totale de l’eau, l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de fertilisation organique et d’un plan de renouvellement des semences en partenariat avec les producteurs de semences sont aussi envisagés.
Les administrateurs ont donné quitus à la direction générale de l’ORM pour atteindre ces objectifs fixés avec la bénédiction que le ciel soit plus clément et généreux et que sur le front des nuisibles, la situation soit maîtrisée, sinon calme.
M. COULIBALY

Source: Essor

Sans commentaires

Laisser un commentaire