Accueil Politique Tiébilé Dramé dans le prochain gouvernement ? Un sacrilège?

Tiébilé Dramé dans le prochain gouvernement ? Un sacrilège?

0 107

Tout comme Tiéna Coulibaly, le nom du président du Parena est cité pour faire partie du prochain gouvernement ; si prochain gouvernement il y a. Cette rumeur a commencé à circuler depuis que Bocar Tréta, patron du RPM, a rendu visite à son homologue du Parena. Mais est-il seulement imaginable de voir un Tiébilé Dramé intégrer un gouvernement d’IBK ? Nous pensons que c’est presque impossible au regard du parcours de cet homme qui, jusque-là, n’a jamais courbé l’échine afin d’obtenir un poste.

D’ailleurs il manque une certaine logique à la rumeur qui est que, à moins que ce ne soit une première, le RPM soit mis en avant par IBK dans le cadre de consultations pour la formation d’un nouveau gouvernement. Au cas où ce serait le cas, cela voudrait dire que c’est Tréta qui prendrait les commandes de la nouvelle équipe. Ce qui est peu probable en ce moment vu l’image que celui-ci a d’abord besoin de redorer, en se faisant juste oublier un peu. Car au Mali, il suffit de vous effacer quelque temps pour qu’on oublie tous vos péchés et qu’on vienne vous réclamer. Une autre raison de l’impossibilité pour Tiébilé de faire équipe avec IBK est que, publiquement, à la télévision, IBK avait humilié Tiébilé en faisant comprendre, de façon peu diplomatique, que si celui-ci s’en prenait à sa gestion, c’est parce qu’il n’avait pas obtenu de lui ce qu’il lui avait demandé.

Tiébilé, du reste, n’avait rien demandé. Avec Soumaïla Cissé, il avait rencontré le Chef de l’Etat à l’aéroport à qui, en tant que citoyen, il avait dit qu’‘’il se mettait à sa disposition’’. Ces mots avaient été sortis de leur contexte pour blesser profondément Tiébilé. Certes le Mali doit être au-dessus d’un ego, mais après un tel incident (aux conséquences vraiment fâcheuses), difficile d’entrevoir un réchauffement des relations. Au point d’entrer dans un gouvernement de ce même Chef d’Etat. Mais nous sommes au Mali, un pays où, de plus en plus, ‘’ l’impossibilité morale’’ sort à grands pas de nos valeurs. Amadou Koïta, ironiquement ministre de la ‘’ Construction Citoyenneté’’ est là pour l’attester.

En franchissant le pas, dans un pays où la conscience politique populaire signifierait quelque chose, Tiéblilé signerait son ‘’arrêt de mort politique’’. Mais encore, heureusement, ou malheureusement, au Mali on oublie trop vite, même l’inoubliable. Il est vrai que l’opposition politique en Afrique, c’est la galère (à l’image du véhicule 4X4 de Djiguiba Keïta, PPR qui ne paye pas de mine), mais Tiébilé a quand même occupé de hautes fonctions pour être dans une situation de nécessité décadente. Du moins, on l’espère. Car, avec l’histoire des factures d’EDM (seulement 1 million et poussières sur lesquels Tiébilé Dramé n’avait pu payer que 500.000f CFA dans un premier temps, ça ne devrait pas être le Pérou.

La Rédaction

 

Par Le Point

Sans commentaires

Laisser un commentaire